dimanche 18 décembre 2016

LE SYNDROME « PATTON »

C’est un syndrome qui ressemble fort à celui de Stockholm, dans lequel des gens pris en otage, finissent par soutenir la cause de leurs bourreaux.
Lors de la sortie du film « Patton », film de 1970, de  Franklin J. Schaffner, avec l’admirable Georges Scott, dans le rôle principal, il avait été dit, dans l’entourage de la production, que ce film avait été écrit comme un « boulet à charge » contre une vieille ganache, dans un soucis de faire une sorte de prosélytisme anti-militariste en vogue à l’époque, dans les milieux intellectuels américains. En tous les cas, c’est une opinion qui circulait fort à cette époque.
Non  seulement ce but supposé ne fut pas atteint, mais pire ! La gloire posthume de ce pauvre Patton s’en trouva portée au zénith ! Au lieu d’un vieux fou acariâtre, colérique, buté, borné, et obtus, on découvrait aussi un homme fragile, cultivé, sensible, intelligent, au courage physique indéniable, plein de doutes et d’angoisses. Si le propos avait été de démolir la statue d’un héros, le moins que l’on pouvait dire, c’est que c’était raté !
Pourquoi cette longue introduction ? Parce que le reportage de France2, jeudi dernier, m’y fait furieusement penser ! Je suis absolument persuadé que la rédaction et les journalistes de cette chaînes, dans une « mission » bien précise que tout le monde aura deviné, qu’à l’instar de « l’hystérique » Obama ne digérant toujours pas sa défaite, il s’agissait de démolir l’image de Poutine, dans l’esprit du public français.
Ohé les gars ! C’est raté ! C’est même exactement le contraire qui vient de se passer !

Le syndrome « Patton » a encore frappé. 


mardi 6 décembre 2016

LA « BRAVITUDE » ROYALE A ENCORE FRAPPE !



L’aveuglement et la stupidité à ce niveau là, c’est du grand art ! Et ça sort de l’ENA ! Je vous le rappelle sans ménagement. Ah ! Ils se sont bien trouvés, avec l’autre futur licencié de l’Élysée ! Ils font bien  la paire ! 
Il n’y a pas de prisonniers politiques à Cuba ! Nous sommes tous de vilains calomniateurs d’extrême droite, et fascistes, pour salir ainsi la mémoire de ce « brave  barbudo », et qui a tant fait pour son peuple. Incroyable ! La preuve ? Ce grand « humaniste » a doté Cuba d’un système de santé gratuit et universel, et d’une éducation nationale hors paire. Pour doucher ce bel enthousiasme, et parce que je suis un affreux pervers, je signale à ces naïfs que les nazis d’Adolf, ainsi que les fascistes de Benito, avaient EUX aussi, des systèmes de santé et d’éducation exemplaires ! Si c’était un critère de bonne démocratie, cela se saurait depuis longtemps. Autre chose de très douloureux, pour cette gallinacé enthousiaste, c’est lorsqu’elle a l’imprudence « hilarante » de dire que Castro s’est opposé à l’impérialisme US, avec ténacité et succès ! Certes ! Ouais ! Elle oublie, ou ne comprend pas, que son ex-compagnon, et tous les sous-fifres politiques qui le servent à l’Élysée, n’ont, EUX, pas du tout « lutter » contre cet impérialisme. Ils l’ont même servi avec un zèle que l’on ne retrouve que dans les pays occupés par une puissance militaire et impérialiste très puissante. Alors il est extrême cocasse que cette bécasse « royale » vante les qualités « d’anti-impérialisme » de Castro que l’on ne retrouve pas du tout, dans aucun de nos politiciens nationaux.
Dernière stupidité colossale de la mémère (et certainement pas la dernière !) ; elle nous vante, sans prudence, les millions de touristes venant à Cuba, se faire dorer la pilule. Elle ignore peut-être que ceux-ci sont « pilotés » dans un circuit spécial, coupé de la population, avec des hôtels bien isolés. Tout cela, uniquement pour que cette « manne » touristique fournisse les « beaux » dollars » et les devises étrangères dont le pays manque très cruellement. Tous ces braves touristes qui vont à Cuba, ne font qu’entretenir, à leur insu, une VRAIE dictature !
Mais chut ! Il ne faut pas « culpabiliser » tous ces braves gens, dont pas mal de nos proches et amis qui ont déjà fait un séjour là-bas !
Enfin, je me souviens du témoignage douloureux d’un évadé de cet enfer, si « cher » à notre « ravie de la crèche » qui racontait, que dans sa geôle, il entendait les cris de gamins de 10, 12 ans que le régime avait enfermé impitoyablement.
Que Madame Royale fasse attention ; il y a des aveuglements qui ressemblent fort à des crimes. Il y a bien des lois scélérates qui nous le rappellent, pour d’autres circonstances tragiques de l’Histoire.