mercredi 28 septembre 2016

L’ARNAQUE « CIA » ET L’ART CON….TEMPORAIN



Pendant des décennies, nous, les « béotiens », les « incultes », les « insensibles » les « bouseux indécrottables », les « obtus congénitaux » devant cet art nouveau, moderne, venu des « stââtesses », nous avons tous ressenti un étrange sentiment de culpabilité « anti-culturel » devant des « choses » pour lesquelles de grands « zintellectuels », de grands « spécialistes » de l’art, des gens de l’élite mondiale, et surtout, parce que « friqués » jusqu’au trou de balle, se pâmaient de contentement, parfois jusqu’à l’orgasme, alors que nous, pauvres idiots, nous ne ressentions strictement rien du tout. Nous avons tous subis des attaques visuelles, de machins invraisemblables, jusqu’au point d’orgue suprême du « sextoy »  place Vendôme, ou du vagin monstrueux dans le parc du château de Versailles.
Parfois, de timides mouvements de résistance tentaient bien de combattre ce flot de stupidités artistiques, par le comique ou la dérision. Qui ne se souvient pas du « Kundelisch » ou du « monochrome de Whiteman » du film « les trois frères ». Mais c’étaient de puérils combats d’arrière garde qui n’ébranlait pas la colossale statue de la renommée de l’art contemporain.
Mais heureusement Franck Lepage vint, et la lumière fut ! Je suis tombé sur une petite vidéo sur « farce bouc » absolument révolutionnaire, et qui va terrasser définitivement la réputation frelatée de cet infernal « Moloch » culturel. Déjà, au tout début du document, Lepage nous cite cette réflexion d’un directeur de la CIA des années soixante, entendu dans un reportage sur la chaîne Arte. Accrochez-vous aux branches, c’est du très lourd !
« L’opération de désinformation la plus réussie de toute l’histoire de la CIA est le financement de l’art contemporain en Europe » .
Poum ! Fermez le ban ! Je vous laisse quelques secondes pour récupérer vos esprits.
Ah je vous avais prévenu ! Mais Franck Lepage ne se contente pas de nous asséner cette citation ! Tout le montage monstrueux de cette arnaque, d’abord financière, est démonté, pièce par pièce. Et l’on finit par comprendre que cette arnaque, faussement culturelle, est non seulement financière, mais qu’elle est surtout une  ARME puissante de destruction de l’art classique, de l’art populaire, au profit d’un nivellement de masse cher à la mondialisation commerciale, voulu par nos gredins de la finance. Nous en revenons toujours là !
Merci Franck, de nous avoir délivré de cet enfermement culturel ! Car, il ne vous a pas échappé que désormais, quand nous verrons une des ces horreurs imbéciles exposées dans des musées comme la FIAC, que j’aurais bien envie de renommée la FIENTE, nous aurons l’immense JOIE, l’immense BONHEUR, la catharsis libératrice de hurler :
MAIS C’EST BIEN DE LA MERDE ! 


Enregistrer un commentaire