dimanche 11 septembre 2016

11 SEPTEMBRE 2001-11 SEPTEMBRE 2016 : 15 ANS DE MENSONGES CRIMINELS

Il m’aurait été insupportable de rater ce quinzième anniversaire, ces quinze années de lutte contre le pire, et le plus effroyable mensonge criminel, commis en temps de paix, par des félons, bien américains, au sein de l’administration US. Ce matin, le hasard, toujours malicieux, a fait que je suis tombé sur un article de l’affaire du faux suicide, maintenant avéré par la justice française, de ce pauvre Robert Boulin. Certes, c’est un mensonge d’état exclusivement français, à notre petite échelle minable de Français. Mais, avec la belle arnaque du 11 septembre 2001, il ne s’agit,  ni plus ni moins, que d’une question « d’échelle » pas de fond ! Ceci révèle, pour tous les naïfs, tous les gogos habituels (dont j’ai fait partie, je vous rassure !) que nos dirigeants politiques, mêmes dans ce que l’on croit être, bien imprudemment, des démocraties modernes et « vertueuses » peuvent être d’aussi redoutables spadassins cyniques, comme en connaissait la Florence ou la Venise du 16ième siècle.
Seuls les progrès des mensonges d’état et leur dissimulation au « bon » peuple, font la différence !
Les tueurs des Borgia, des Médicis ou autres grandes familles princières n’avaient pas la « magnifique » presse d’aujourd’hui et un réseau de larbins médiatiques, pour dissimuler leurs crimes. C’est la seule différence notable.
Mais comme l’a écrit notre génial La Fontaine : « Patience et longueur de temps font plus que force n’y que rage ! »
Des pans entiers de vérités commencent à apparaître, comme un décor hollywoodien dont le carton-pâte s’effrite et laisse voir les poutres en bois de la charpente.

La HONTE et le CHAGRIN, voilà ce qui attend tous ceux qui se sont fait berner ou ont été les complices passifs de ce crime qui a défiguré à jamais toute l’image de la civilisation occidentale. Même la dénonciation, et même la punition des vrais criminels, des vrais assassins, des vrais responsable de cet immense crime contre l’humanité, pour une fois bien nommé, ne nous sauvera pas de notre déchéance programmée, de notre déshonneur inscrit à jamais dans l’histoire. 
Enregistrer un commentaire