mardi 12 avril 2016

MILLE MILLIARDS DE DOLLARS : GÉNIAL ET PROPHÉTIQUE



Un grand merci posthume à Henri Verneuil pour ce film d’une pédagogie redoutable ! Certains vont me « baver dessus » en parlant de « fiction cinématographique » ! Rien de plus faux ! Tout ce qui est dit et rapporté dans ce film est l’exacte vérité. Pire ! Nous avons pu constater que le phénomène s’est considérablement aggravé depuis la sortie du film en 1982.
On peut constater aussi, avec tristesse, que peu de journalistes, aujourd’hui, peu de cinéastes osent dénoncer, comme le courageux Verneuil, cette pieuvre d’affairistes mondialistes qui est en train d’étouffer littéralement l’Europe, et le monde occidental dans son ensemble.
Mais ce qui n’est pas dévoilé dans cet extrait du film, c’est l’autre aspect nauséabond de cette multinationale nommée « GTI » pour le scénario, pour la fiction, mais qui cache le nom de sociétés bien réelles qui ont fait des affaires avec le régime nazi et qui n’ont JAMAIS été inquiétées, après guerre, et ont donc continué à prospérer « joyeusement ».
Ce film est à voir et à revoir !



mercredi 6 avril 2016

LES « TAILLEURS » de PANAMA

Pour les moins cinéphiles d’entre vous, mon titre fait référence au film de John Boorman de 2001, « le tailleur de Panama ». On y voit un tailleur de costumes pour la haute société panaméenne, se faire « trimbaler » et « abuser » par un espion anglais fainéant, sadique, jouisseur, menteur, mythomane, maître chanteur et cupide, joué par un Pierce Bosnan en décalage complet avec son rôle de James Bond. C’est drôle, mais cette histoire de « Panama papers » m’y fait furieusement penser ! Allez savoir pourquoi ? Peut-être parce que j’y sens la même arnaque de services secrets étrangers contre ce pays, si riche en coups politiques foireux, et souvent martyrisé par un voisin puissant et totalement….sans gêne ! Vous remarquerez, bien entendu, que la terre entière est copieusement « arrosée » par ce pseudo scandale sauf ? Bien ouais ! Sauf les Etats-Unis ! Ah j’oubliais aussi, que le film est tiré du roman de John Le Carré, le grand spécialiste du roman d’espionnage.