lundi 26 mars 2012

Lettre ouverte à Bruce Toussaint


Cher Bruce,

Permettez que je vous appelle « cher » Bruce, car je vous aime bien. Vos « rondeurs » et votre faconde bien heureuse me réjouissent tous les jours quand je vous écoute sur cette radio « pestiférique » comme aurait dit Coluche. Vous êtes journaliste sur Europe1. Et journaliste vous avez sûrement une carte de presse pour l’attester. Ce matin vous interrogiez Jacques Cheminade dont tous vos collègues se foutent avec bonheur et gourmandise, comme il est de bon ton de le faire dans votre milieu. Et comme vous ne voulez pas vous distinguer d’eux, vous y êtes allé de bon cœur dans le « foutage de gueule » discret mais appuyé. Seulement voilà, même si Monsieur Cheminade est une « quantité négligeable », un électron libre, un « amuse-gueule » pour journaliste politique, il est loin d’être c.. ! Et vous le savez très bien. Quand vous l’avez interrogé « vicieusement » sur le 11 septembre 2001, il s’est défaussé en parlant « d’histoire  ancienne » et que lui s’attachait plus aux conséquences guerrières plutôt qu’à l’enquête. C’est alors que votre perversité de journaliste a joué à fond quand vous lui avez demandé s’il avait des « doutes » sur les auteurs ! Ce à quoi vous avez répondu à la vitesse « de la lumière » : « quant à moi je n’en ai aucun » !
Voilà ce qui m’attriste, cher Bruce. Qu’un cultivateur couvert de dettes, dans le bas Berry n’ait aucun « doute » sur la version officielle du 11 septembre, personne ne va s’en offusquer. Qu’une femme de ménage ivoirienne, travaillant comme « esclave rémunérée » chez des bourges du 16° n’a strictement aucune opinion sur le 11 septembre 2001, cela va de soi. Qu’un vieillard à l’agonie, sur son lit d’hôpital se foute de cette histoire, personne ne lui en voudra. Mais qu’un « journaliste » dont c’est le METIER de s’informer ose prétendre qu’il n’a « aucun doute » sur la façon dont les autorités américaines ont rapporté les faits de ce crime ignoble qui a bouleversé la planète, voilà qui est proprement SCANDALEUX et inexcusable. Si vous aviez le courage élémentaire de vous y intéresser, ne serait-ce qu’une petite heure, vous DOUTERIEZ vous aussi, comme des millions de personnes sur cette planète de l’honnêteté de cette administration américaine qui a caché énormément de faits scandaleux et couvert des disfonctionnement de hauts responsables. Fautes graves qui, si elles avaient été commises dans une vraie démocratie, auraient conduit leurs auteurs devant la Justice de leur pays. Des centaines d’architectes, de pilotes, de militaires, les familles des victimes même, DOUTENT, eux ! Et ils ne sont même pas « journalistes » eux ! En résumer, ils font un travail que vous n’osez même plus faire, vous, dont c’est le métier.
N’oubliez pas les proches de ces 3000 victimes qui ont été assassiné DEUX FOIS !
J’écris bien « deux fois » ! Une première par leurs vrais assassins, toujours impunis, et une deuxième fois par des gens, comme vous, qui ne « doutent pas » !

Mes amitiés, cher Bruce