jeudi 26 janvier 2012

Une dégradation pitoyable et honteuse


Il y a quelques jours, des « endimanchés » costards trois pièces nous bassinaient les trompes d’eustache avec la dégradation financière des trois « A »  infligée par une officine amerloque dont l’immense majorité des français se fout royalement et qui ne change pas nos vies d’un atome. Mais il est une dégradation plus inquiétante, plus pitoyable qui montre à quel point notre pays tombe littéralement en ruines.
Vous ne l’ignorez pas, les petits détails de l’existence sont infiniment plus révélateurs que les grandes digressions fumeuses et absconses d’experts autoproclamés qui bavassent à longueur de journées dans nos belles lucarnes magiques.
C’est ainsi que par une matinée pluvieuse et froide me vint l’idée saugrenue d’aller voir une exposition très intéressante au Grand Palais à Paris. Pour se faire, j’abandonne mon tas de ferraille habituel, dispendieux et encombrant pour une grande cité comme Paris en optant pour le très démocratique métro. J’arrive donc dans la capitale sans encombre et je me mets à parcourir ces bons et vieux couloirs si pittoresques et si bruyants. J’emprunte la légendaire et fameuse ligne 1 qui passe par le l’Hôtel de Ville et le Châtelet. Et là, la rame s’arrête devant la station Louvre. Horreur absolue ! Une colère noire et sourde me prend  quand j’aperçois la vision de cauchemar qui s’offre à ma vue ! C’est sale ! C’est sombre ! C’est moche ! C’est innommable ! Plus d’éclairage, des vitrines vides et éventrées, des socles orphelins de statues , des tags, et comme cela sur TOUTE la station ! Pourquoi suis-je tant « remué » et en colère ? Parce que dans mes souvenirs et ma connaissance, cette station a été et DEVRAIT être la plus belle de Paris.
Je ne sais pas si ceux qui vont me lire comprendrons l’ampleur de ce SCANDALE ! Car cela en est un ! La station Louvre est au cœur de Paris, une des plus belles capitales du monde. Nous sommes visités par des dizaines de millions de touristes chaque année. Cette station de métro débouche sur le plus grand, le plus riche, le plus prestigieux musée du monde, et la RATP a le culot, l’indécence, l’impudeur de laisser ce SPECTACLE HONTEUX à la vue de tous, et surtout des touristes ?
Mais qu’est-ce qu’ils ont dans le crâne et le cœur les responsables de l’entretien des stations de la RATP?
Ce qui me surprend encore plus, c’est que personne ne se soit déjà scandalisé, comme moi, de cet état de chose déplorable et honteux. Personne pour comprendre que c’est l’image de notre pays, de notre dignité de français qui est ainsi salie irrémédiablement dans la mémoire de touristes étrangers qui rapporteront cette image chez eux ? Notre fierté nationale est-elle déjà descendue si bas ? Est-elle déjà dans ce triste état avancé de son agonie programmée ?
Heureusement, pour me remonter le moral, j’ai pénétré dans cet immense et beau monument architectural qu’est le Grand Palais. Quand j’ai vu ces prodigieux et uniques au monde, « plans-maquettes » de grandes villes de France, je me suis pensé que ces chefs-d’œuvre étaient bien trahis par la médiocrité « souillonne » de certaines de nos administrations publiques !
Et pour vous prouver l’ampleur du « désastre » je ne peux m’empêcher de vous montrer une photo de la station du temps de sa splendeur et comme elle devrait TOUJOURS être !
Que ceux qui ont le « chagrin » et la « honte » de la voir dans son état actuel me comprennent !




vendredi 13 janvier 2012

J’irai pisser sur vos cadavres


Hier, j’ai visionné le film émouvant et admirable de Clint Eastwood « lettres d’Iwo Jima » Comme beaucoup de Français j’ai une admiration sincère et fidèle pour cet immense homme de cinéma américain. Ce qu’il y a d’unique et de courageux dans ce film c’est que pour la première fois dans l’histoire de cet art, un américain racontait les drames et les souffrances de soldats japonais sans manichéisme, sans parti pris, sauf celui d’un profond respect, d’une profonde compassion pour des hommes dans la tourmente guerrière. Il nous infligeait ainsi la démonstration que l’Humanité est Une et indivisible, que la souffrance, le courage, la lâcheté, le fanatisme, l’héroïsme, la bravoure, la compassion, la tendresse, la pitié sont des valeurs absolument universelles. Je viens d’un monde et d’une génération où le soldat japonais n’était qu’un « robot sauvage » et stupide montré à satiété dans nos bandes dessinées que les Américains appellent « comics » Ils étaient caricaturaux et grotesques. Ce fut pourtant notre seule « vérité » pendant des décennies.
Heureusement le temps fait son œuvre. Le Japon est devenu une société paisible, industrieuse et apaisée. Mais même dans ces temps les plus cruels et les plus terribles de la guerre, il y avait une forme de respect de part et d’autres pour le soldat, pour le combattant. Il est d’ailleurs surprenant de voir que dans le film de Clint Eastwood, les lâches et  les salauds qui abattent froidement deux prisonniers sont des soldats américains, pour bien montrer l’absence de manichéisme de son propos. On pourrait penser (fort naïvement, je vous l’accorde)  que l’Amérique forte de ces expériences très douloureuses et héroïques de ses soldats dans le pacifique, aurait développé une philosophie militaire plus sereine et encore plus respectueuse des lois de la guerre. Nous savons tous, hélas, qu’il n’en est rien ! Les monstrueux et indignes conflits d’Iraq et d’Afghanistan sont là pour nous en infliger un douloureux démenti.
Pire ! Nous venons d’assister à une abjection totale qui nous révulse au plus au point. Des soldats américains ont uriné sur les cadavres de talibans qu’ils venaient de tuer. Non seulement ils ont bafoué les règlements de leur propre armée, mais les lois de la plus simple humanité, du plus simple respect que l’on doit aux morts. Je repense à mon pauvre Clint Eastwood qui s’est donné tant de mal pour nous dire que nous sommes tous pareils, que tous les hommes méritent respect et compassion. S’il n’y a qu’une seule leçon à tirer de tout ceci c’est qu’aucune société, aucune idéologie, aucune démocratie ou qui se prend pour telle, n’a le droit de se prétendre universelle et vouloir imposer sa vision du bonheur ou de la justice au reste du monde.  AUCUNE ne le mérite. Quand j’entends des candidats à la présidence des Etats-Unis oser sortir cette phrase : Dieu a créé les Etats-Unis pour qu'ils dominent le monde ! Je me dis que les leçons de l’histoire ne servent décidément à rien !
Oui ! Vous lisez bien ! C’est absolument effrayant ! Je ne l’invente pas !
Dieu a créé les Etats-Unis pour qu'ils dominent le monde !