jeudi 15 septembre 2011

Les "impatiences" de Monsieur Laurent Joffrin

Ah! "Monsieur" Joffrin en a marre de ces "imbécilités"? Et bien il faudra qu'il s'arme de PATIENCE car il n'a pas fini d'en entendre PARLER! Jusqu'à saturation, jusqu'au cauchemar.
Je lui ai écrit une "lettre ouverte" qui, bien évidemment, a été censurée!
Qu'importe! Je la re-balancerai par tous les moyens disponibles:
Les "ennemis de la démocratie" ce sont de pseudo-journalistes, comme lui, qui servent TOUS LES POUVOIRS.
Ils ne servent pas la vérité, ni la justice, ils servent leurs patrons de presse! Eux-mêmes asservis à de grands groupe financiers! Si "Monsieur" Joffrin ne me croit pas qu'il relise les "illusions perdues" de Balzac!
TOUT Y ÉTAIT DÉJÀ ECRIT par un grand génie de la littérature qui, Dieu merci, n'était pas "journaliste"!
Zola n'était pas journaliste, mais ÉCRIVAIN! S'il avait été "journaliste" Dreyfus n'aurait jamais été libéré!
Ce sont toujours de puissantes et courageuses personnalités qui sauvent le monde du MENSONGE et des CRIMES des tyrans................pas les journalistes, "Monsieur Joffrin"!
Que ceci pénètre bien votre cervelle et vous redonne un peu "d'humilité"!
Le 11 septembre 2001 a été le plus grand crime commis en temps de paix contre la démocratie par des félons américains qui n'étaient pas des musulmans, "Monsieur Joffrin"!
Je vous jure bien que cette "imbécillité" là vous allez l'entendre plus souvent que vous ne le désirez!

dimanche 11 septembre 2011

Lettre ouverte à Laurent Joffrin

Monsieur, vous avez eu l’obscénité grossière, l’insolence d’écrire que ceux qui cherchaient la vérité sur le 11 septembre 2001 étaient des « ennemis de la démocratie »
Cette calomnie imbécile, je désire la retourner contre vous. C’est VOUS et votre corporation de petits soldats de l’information soumis à vos maîtres qui sont en « toute beauté » des ennemis de la démocratie. Des centaines de milliers de citoyens anonymes ont fait, pendant cette décennie VOTRE METIER, à votre place ! Merci, de me donner, en cette journée anniversaire, l’occasion d’exprimer tout le mépris que j’ai pour votre corporation qui a abandonné lâchement sa mission qui est de défendre le PEUPLE contre les mensonges criminels de dirigeants félons, qui EUX sont réellement des « ennemis de la démocratie » !
Ces dirigeants félons ont organisé la plus grosse arnaque criminelle que l’on n’ait jamais faite contre la démocratie. Si vous aviez eu un atome de courage et de conscience professionnelle, en vous y consacrant ne serait-ce quelques heures, vous auriez appris COMME NOUS, toutes les incohérences, toutes les impossibilités matérielles et scientifiques de la version officielle.
Des familles de victimes, des centaines de professionnels, de techniciens, d’architectes OSENT eux, avoir le courage de redemander une véritable enquête policière et scientifique, chose qui n’a jamais été faite.
Mais il est tellement plus commode et plus confortable, par lâcheté, par veulerie bien partagée dans votre milieu, dans votre corporation, de ne RIEN VOIR, de ne RIEN COMPRENDRE !
Et vous avez l’audace de vous prétendre journaliste ?
J’ai HONTE pour vous ! J’ai honte pour mon pays, pour la civilisation occidentale dans son ensemble qui se laisse sombrer dans un fascisme mou qu’elle ne voit même pas venir !
Ah les « beaux » journalistes que vous faites !
Vous me traiter « d’ennemi de la démocratie » parce que j’ose, parce que j’ai le courage de comprendre que depuis dix ans « le roi est nu » et que l’on se moque outrageusement et cyniquement de moi, comme de millions de citoyens à travers le monde l’ont déjà compris?
Alors je ne sais pas de quelle « démocratie » vous parlez ! En tous les cas, ce ne sera jamais la mienne !
Vous avez l’ignoble culot de nous traiter de « négationnistes » pour tenter de nous amalgamer de manière sordide et calomniatrice à ceux qui nient la Shoah alors que vous savez parfaitement bien que ces deux évènements n’ont strictement rien à voir l’un envers l’autre.
En employant ce procédé révoltant vous dévoilez toute la perversité d’une propagande ignoble qui tente de nous faire taire. Et de tels moyens nauséabonds montrent à l’évidence à quel point nos « vrais » coupables craignent notre combat.
Et vous le « journaliste » vous vous y vautrez complaisamment.
Malgré vos simagrées, vos insultes grossières et surtout inutiles, vous n’empêcherez jamais la vérité de triompher. Plus vous retarderez sa révélation, plus elle fera de ravages !
Et les gens de votre sorte en seront les premières victimes, ce qui ne sera que justice.